Les aventures de Medhi. Volume 2.

Publié le par anais

Une rencontre inattendu !

 

1erepage.jpg

 

 

 

C’est une belle après-midi de fin d’été où le rire est au rendez-vous. Près des arbres, Medhi joue avec Doudou.

« Messire Doudou, chevauchons côte à côte à travers ces montagnes montagneuses. Moi, sir Medhi, chevalier de la table ronde, je me ri du danger ! »

Depuis que sa tante lui avait offert ce livre sur la légende Arthurienne, il rêvait de devenir un chevalier au cœur noble.

«  Allons sur les chemins de l’aventure, à la recherche du Saint Graal. »

illu1_modifie-3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

illu2-copie-copie-2.jpg

Soudain, Doudou s’arrête. Medhi inquiet lui demande :

« Tu as entendu quelque chose ? »

L’ours en peluche acquiesce.

 

 

_ Ainsi, les deux compagnons s’enfoncent dans la sombre forêt de Moultasardeux.

Les arbres tentent de les retenir, agrippant veste et pantalon.

 illu3 copie3

 

 

 

 

 

illu4_modifie-4-copie-1.jpg 

Enfin, il arrive dans une petite clairière où il aperçoit une silhouette. C'est une jeune fille, étrangement vêtue qui pleure. 

 

 

« Tu t’es fait mal ? » demande le courageux Medhi tout en s’avançant pour l’aider, alors que Doudou se cache derrière lui (quel peureux se Doudou !).

« Je n’ai pas mal, mais mes racines se sont emmêlées et me voilà coincé entre ces deux arbres. »

Alors Medhi s’accroupi et tire de toute ces forces la pauvre fille-arbre.

 illu5_copi3-copie.jpg

 

 

 

 

 

 

illu6-copie-1.jpg

La voilà debout, Medhi et Doudou n’en croient pas leurs yeux, qu’elle est grande !

« Merci beaucoup de m’avoir sortie de là, je ne sais pas ce que j’aurais fait sans toi. Au fait, moi c’est Eihwaz. Ça veut dire viel arbre en slave. Et toi ? »

« Moi, c’est Medhi, et voici Doudou. Plus tard, nous serons chevaliers, c’est ce que ma tatie Nanis a dit, alors c’étais normal que l’on t’aide, c’étais notre devoir. Peut-on encore t’aider ?»

«  Et bien, mes parents vont s’inquiéter, je dois les rejoindre. »

« On t’accompagne » répond l’enfant enjoué.

 

 

 

illu7-copie-copie-1.jpg

C’est dans les bras de leur étrange amie que les deux complices sont ; et Medhi demande d’une voix timide :

« Au fait, qui es tu ? »

« Je suis une Ent. » Devant l’air  surpris de ces deux nouveaux compagnons, elle ajoute. « Notre race est ancienne, bien plus ancienne même que ce monde-ci : nous sommes les gardiens des forêts. On nous confond bien souvent avec les arbres, nos cousins. Mais eux non pas reçu la connaissance par les elfes. Autrefois, nous demeurions dans de vastes étendus, sanctuaires des peuplades féériques. Nos branches abritaient fées, lucioles et dryades ; mais  aujourd’hui  il nous faut sans cesse bouger et nous trouver un nouveau chez nous car les hommes on fini de croire en nous et nous détruisent pour fabriquer des choses. Pourtant, nous sommes tout autour de vous, dans les forêts. Nous sommes des êtres pacifiques, doués pour l’observation bien plus que pour l’action. Mais notre nombre s’amenuise. Certain sont encore de véritable Ent, mais beaucoup deviennent somnolant. Peut être as-tu déjà croisé un arbre, qui en fait était un Ent endormie. En France, notre lieu de rassemblement est la forêt de Brocéliande. Mais nous sommes partout sur cette terre. La plus grande communauté d’Ent se trouve en Amazonie. Mais actuellement, ils se font massacrer. Pourtant nous ne perdons pas espoir, nous savons qu’il y a du bon dans la nature humaine, et on ne sait jamais, au détour d’un arbre on peut tomber sur un jeune garçon qui nous aidera à retrouver notre chemin ! »

Par ces dernières paroles, la jeune Ent souri et lance un clin d’œil à Medhi.

 

 

 

 

 

Après quelques minutes, Eihwaz s’arrête.

« C’est ici que nos chemin se sépare Sir Medhi. »

«  Sir Medhi ? Mais je ne suis pas un chevalier. »

-« Pour moi tu l’es. Tu m’as secouru puis escorté. Ton cœur est noble et tu mérite donc ce titre. Alors adieu Sir Medhi, j’ai été ravis de faire ta connaissance. »

Enchantés par ces paroles, l’enfant entreprend une révérence souriant à sa nouvelle amie.

illu8-copie-1.jpg

 

 

 

 

Maintenant il est l’heure de rentrer annonce Medhi à Doudou. En l’espace d’un rien de temps, les voilà de retour à la maison.

« Ti Nanis ! Ti Nanis ! »

Medhi coure pour retrouver sa mère et sa tante.

« Ti Nanis, tu devineras jamais ce qui m’est arrivé ! … »

 

Publié dans ecrit

Commenter cet article